Mercredi 29 mai 20H30.                                                                                          Oeuvre de René de Galard de Béarn (1699- 1771).                                            par l’Ensemble Le Vertigo direction Jean-Miquel  Aristizabal .                   J-M Aristizabal (clavecin et direction), Eugénie Lefebvre (soprane), Céline Cozien (flûtes à bec),  Youki Koike (violon),  Mathilde Vialle (viole de gambe).

Entrées: 15 €, 10 € , gratuit pour les moins de 12 ans.

Pour en savoir plus sur René Galard:

 

La famille de Galard tire son nom de la seigneurie de Galard ou Goalard, première baronnie du Condomois. Elle est issue des comtes du Condomois, eux-mêmes issus des ducs de Gascogne.                                                                                                                 Le premier membre connu de cette maison qui prit le nom de Galard est Garcie Arnaud, baron de Galard, né aux environs de 995. La famille de Galard est composée de nombreuses branches dont deux principales : la branche aînée de Terraube et la cadette de Brassac qui deviendra de Brassac de Béarn en 1508.

René de Galard de Béarn est issu de la branche cadette. Il est né à La Roque en 1699, et mourra à Paris vers 1771. D’abord connu pour sa carrière militaire, il a été écuyer de Monsieur le Prince de Dombes, colonel d’une brigade de carabiniers, officier de cavalerie puis nommé maréchal de camp en 1748, avant d’être finalement promu commandeur de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis en 1756 et lieutenant général des armées du Roi en 1759.                                                                   L’historien et critique Antoine de Léris dira de lui : « Ce militaire, distingué par sa naissance, son goût et son amour pour les beaux Arts, est auteur de la musique de l’Empire de l’Amour, de Léandre et Héro, et de l’Acte de Linus dans Les Fragmens ».                                                                           On lui doit aussi un livre de Cantates françoises, à voix seule, avec simphonie (édité à Paris en 1741). Il fit donné à l’Académie Royale de musique, en 1733, son ballet héroïque l’Empire de l’Amour (les paroles sont de Moncrif), puis en 1750, sa tragédie en musique Léandre et Héro (paroles de Lefranc de Pompignon).                                                                                                                                              Sa musique, sensible et théâtrale, illustre bien les thèmes chers à cette époque : les vicissitudes de l’amour, le caractère impétueux des Dieux mythologiques à l’image de celui des hommes, la nature généreuse et impitoyable comme source d’inspiration universelle… Autant de sujets qui suscitent toujours les mêmes émotions chez nous aujourd’hui.                                                                                                                                                                                   C’est autour du thème de l’amour dans l’oeuvre de René de Galard de Béarn, que nous avons choisi de construire notre programme. Dans notre démarche de redécouverte de cette musique, nous le présenterons d’abord en petit effectif instrumental pour accompagner une soprano. Le programme réunira des extraits des différentes œuvres du compositeur en utilisant toute la richesse de la palette d’émotions contenues dans cette musique : il ira de l’amour léger et champêtre jusqu’au désespoir le plus tragique (dont le couple mythologique de Léandre et Héro est un des symboles les plus forts), en passant par les foudres de la colère de Vénus…

L’œuvre de René de Galard de Béarn est pour l’instant restée dans l’ombre, et mérite pourtant d’être beaucoup plus jouée, chantée et entendue. C’est dans un cadre de recherche et de valorisation d’un patrimoine local que nous avons fait le choix de nous pencher davantage sur ce compositeur originaire du Sud-Ouest, dont Voltaire avait lui-même fait l’éloge dans son ouvrage Le Temple du goût.                                                                                                                                                  Voltaire indique même en notes en bas de page : « Mr. Le Chevalier de Brassac, non seulement a le talent très rare de faire la Musique d’un Opéra ; mais il a le courage de le faire jouer, & de donner cet exemple à la Noblesse Françoise… ».