Le nouvel orgue du Temple de l'Église Réformée de Tours

 

L'ORGUE REMY MAHLER

 

Facteur d'orgue :

Rémy MAHLER à Pfaffenhoffen (Bas-Rhin )

 

 

Composition de l'orgue :

HAUPTWERK   (clavier principal) :

Ofni Flet   8’     (Montre 8’)

Viola di Gamba 8’ (gambe 8’)

Flöeth 8’  (flûte en bois ouverte grossetaille)

Travers Flöth 8’ (flûte en bois ouverte grossetaille)

Gross Gedact 8’ (Bourdon en bois)

Wunder Horn 8’ (Cor des alpes Métal)

Flauthe 8’ diskant (dessus en bois de grosse taille)

Pfiff 8’ diskant (dessus en bois de taille moyenne)

Flaëth Pfiff 8’ diskant (dessus en bois bouché)

Block flet 8’ diskant (dessus en bois ouvert)

Octava 4’  (principal en métal)

Super Octav 2’ (principal en étain)

Nazat (quinte en plomb)

Mixtur V (avec double rang en 8)

Mixtur Terz III (avec des reprises en tierce)

Sechsquialter IV (dessus en rangs doublés)

Oboe 8’    (anche douce en métal)

POSITIV :  

Principal 8’ (en métal)

Gemshorn 8’ (jeu ouvert conique)

Lieblich Gedact 8’ (registre bouché plus étroit, en bois)

Klein Gedact 4’ ( jeu bouché en plomb)

Octav 4’ (principal de taille moyenne)

Quint 3’ (doux)

Zymbeln IV (idem à la mixtur du HW)

 

PEDAL :  

Sub-Bass 16’ (jeu bouché en bois très fondamental)

Octav-Bass 8’ (métal, en façade)

Violon-Bass 8’ (gambe avec entonnoir en métal)

Flöthen-Bass 8’ (flûte ouverte en bois de grosse taille)

Salisional-Bass 8’ (flûte ouverte en bois de menue taille)

Lieblich-Bass 8’ (bourbon de grosse taille en bois)

Choral-Bass 4’ (principal en métal)

Quint Pedal (en plomb)

Mixtur Pedal (jeu indépendant du HW)

Posaune 16' (entièrement réalisé en bois, languettes et anches comprises)

Fagot 8''(basson de pédale en métal)

REGISTRES NON-SONNANTS :

Flaëthen Wind Speer (coupe vent des 4 dessus du HW)

Anspuk Speer (percussion en attaques des dessus en bois)

Tremulant (à vent perdu)

Tremolo (à soupape dans le vent)

 

Dans la brochure d'inauguration Rémy Mahler écrit :


Lors de mes débuts, il y a plus de 20 ans, je me suis trouvé à côté d'un facteur d'orgue reconnu qui essayait de rassurer un important expert en lui disant que l'on ne fera plus de découvertes, dans le domaine de l'orgue. Il était évident que les grands facteurs d'orgue, tel Silbermann, avaient porté leur art à la perfection ultime.
Je ne sais quelle mouche m'a piqué ce jour-là de penser que ce restaurateur, reconnu - décédé depuis - ne distinguait pas entre création et artisanat. Si l'on accepte ce discours, la création ne se justifie plus, et la facture d'argue devient un métier voué à la maintenance et à la restauration d'instruments existants, au à la copie servile.
L'instrument de Tours représente l'aboutissement de ce paradoxe qui me fit créateur d'orgues. J'ai passé de nombreuses nuit,s blanches à m'imprégner de l'âme de ces bijoux mécaniques anciens. Après avoir réalisé quelques orgues atypiques, j'ai conçu cet instrument en réaction à un courant contemporain qui ne vise que la puissance sonore.
Le tracé du buffet, avec les tourelles de façade ondulantes et courbes déployant leurs ailes comme celles d'un oiseau, affirme ,l'originalité de l'instrument par ses formes dans ce temple plusieurs fois centenaire. Cette esthétique tranche avec le traitement plus baroque de la console latérale, qui plonge, l'organiste dans les années 1690 grâce à une polychromie familière au Hohenlohe, région située entre Stuttgart et Würzburg.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, cet orgue ne copie pas un instrument allemand ancien. Ma recherche est dirigée vers la production de sonorités riches, empruntée à la grande école des génies allemands de la fin du XVll ème siècle. Afin de ne pas limiter l'utilisation des jeux à un clavier, j'ai mis au point des sommiers mécaniques permettant d'actionner certains registres sur les trois plans sonores. Cette technique révolutionnaire utilise des conduites de vent cloisonnées, qui donnent du velouté au son. Ainsi, un jeu tel que le Prinzipal de 8'est jouable simultanément au Hauptwerk (clavierl), au Pasitiv (clavier 2) et à la Pedal, avec des tirants de jeux indépendants correspondant à chaque plan. Le son sera différent selon que l'on joue sur l'un au l'autre clavier, ces tuyaux ayant des transitoires d'attaque spécifique.
Mon choix délibéré de n'installer aucun accouplement et de permettre d'utiliser les jeux sur le clavier de son chaix, correspond une envie de donner un maximum de mélanges subtils, tout en nuances fondues et tout en finesse, offrant à l'organiste un éventail quasi pictural de timbres. La pression de vent assez basse n'agresse pas l'oreille de l'auditeur : on maîtrise la beauté harmonique sans utiliser d'artifices. Cette particularité permet une écoute très reposante, et surtout ondulante et évolutive. On est loin des sonorités linéaires, stables et rigides dont on se lasse rapidement.

Je vaudrais maintenant parler des ajouts et compléments dont j'ai doté cet instrument, et qui en font peut-être la réalisation la plus aboutie de ma production :

- la plupart des tuyaux sont en bois.

- le registre de Gemshorn 8'est jouable sur les deux claviers manuels.

- le jeu de Flautino 4' provient d'un instrument de Lorraine; ses tuyaux datent de 1731 et présentent une caractéristique que je n'ai retrouvée que chez le grand facteur Stumm : un ensemble de tuyaux en métal munis de très courtes cheminées elles-mêmes bouchées.

- le jeu de Fagott 8’ possède des anches munies de languettes en épicéa. Les pavillons sont en métal.

- le jeu d'anches de la pédale est un Posaune de 16' entièrement en bois [languettes, gouttières et corps en épicéa) . J'ai pour la première fois utilisé cette technique nouvelle dans l'instrument de Dorlisheim.
L'on obtient ainsi le son le plus doux le plus velouté qu'une anche puisse exprimer. Cette technique est étonnamment stable, tant dans l'accord que dans l'harmonie, même lors des changements climatiques saisonniers.

- Les quatre jeux de Flûte 8' en bois sont placés dans le dessus du Hauptwerk. Ils sont traités de façon à optimiser l’expression des basses pressions et peuvent être utilisés soit avec la pression nominale de l'orgue, soit par l'action d'une commande annexe avec des pressions évolutives. L'organiste dispose de nouvelles possibilités expressives grâce aux modulations et interconnexions des flûtes en bois à pression modulable.

Pourquoi avoir placé un instrument aussi riche dans un édifice aux dimensions si modestes? Tout simplement pour créer un prototype alliant le savoir-faire des maîtres anciens à l'inventivité créatrice de notre époque.

Rémy Mahler
Facteur d'orgues

 

:

 

Retour à l'accueilqui sommes nous ?facteur et compositionle calendrier des concertscontactez-nous